Ça aurait pu être bien, peut-être même que ça l’a été. Peut-être qu’on a eu notre quota de bonheur. Peut-être que l’habitude des temps sombres nous oblige à rejeter cette bénédiction fortuite ? La souffrance comme mode de vie, ou pas, et reprendre la route.

De nouveaux horizons, paraît-il, de nouveaux chemins qui s’ouvrent à moi, parce que j’ai fait ma rentrée dans la grande école de la vie. Il n’y a plus que moi pour me sauver, à supposer que j’en aie seulement besoin, et si mon idylle estudiantine met fin à une aventure qui aura su me plaire, ce ne sont ni la tristesse ni l’amertume qui m’amènent ici.

Je ne déprime pas. Preuve en est le temps écoulé depuis mon dernier déversement en ces lieux, ma difficulté à trouver les mots justes pour agrémenter ce texte. J’ai déjà eu cette sensation par le passé, d’avoir trouvé la paix intérieure, la liberté. J’ai déjà cru pouvoir m’avancer sereinement loin de mes démons qui guettent avidement, me tirant vers le bas à la moindre de mes faiblesses, me ramènant en ligne vers mon seul exutoire, mon ami le plus fidèle.

Ce blogobidule sur lequel bien des heures ont passé, où ma plume parfois agile retraçait, comme en lettres rouges sang, mon sang, les tracas de mon quotidien, m’arrachant chaque mot, chaque souffrance, avec une douleur extrême. Si la douleur parait banale tant qu’elle est subie, elle semble parfaitement intolérable une fois reléguée au rang de souvenir. C’est pourquoi, si l’écriture reste l’un de mes meilleurs atout, j’espère ne plus jamais avoir à en user sous la contrainte, ma propre contrainte, enfermé dans les innombrables cellules de la prison de mon âme.

Ainsi, si je ne referais pas, comme cela m’est arrivé, le coup de la mise hors-ligne brutale et de la fermeture « définitive » pour aller m’épancher dans d’autres coins de la toile avant de rouvrir une nouvelle antre, j’avertis mes éventuels visiteurs que les textes risquent fort de se faire de plus en plus rares, signe de joies de plus en plus nombreuses sur le chemin de mon existence.

Si cela devait bel et bien être la fin de ce lieu, j’aimerais offrir une épitaphe à ce blogobidule qui sera gravée sur la pierre tombale virtuelle que je lui réserve lorsque sa fin sera assurément venue. Je fais donc appel au poète qui sommeille en vous pour m’assister dans cette tâche, j’attends vos suggestions avec impatience.

Il n’est pas impossible que j’ouvre un espace d’écriture de fiction dans un temps prochain. J’ajouterai pour les curieux qui auraient envie de causette, il est possible de me contacter via le formulaire de contact.


You’re my vaccine, you’re my disease, beyond my window there are only feelings killing feelings.

Catégories : Non classé

5 commentaires

Jordi (FaT4L1Ty) · 21 septembre 2010 à 23:34

Je n’ai quasiment; voir jamais; écrit de commentaire sur ton blog, et pourtant je le lis depuis quelques années déjà.
Tes postes m’ont toujours touché très fortement. Je ne saurais dire si c’est parce qu’ils sont merveilleusement bien écrits; et dieu sait qu’ils le sont; ou parce que nous sommes pareil dans le fond. Génération 90, tout ça, tout ça…
Toujours est-il que je suis heureux que le chemin de ton existence te mènes enfin vers le bonheur, tu le mérites vraiment.
En ce qui concerne l’épitaphe, je ne suis certainement pas un poète et ne proposerai donc rien mais selon moi, tu as ouvert cette antre; c’est donc à toi de condamner l’entrée en y laissant tout tes démons. Mais attention, j’attends tout de même quelque chose à la hauteur du reste !

Bon vent où qu’il te mène, mon ami.

DeadPixel · 24 septembre 2010 à 22:56

(Putain, t’as enlevé mon thème. Mon ego est froissé. JE SUIS TRISTESSE.)

Bref, dommage de voir que tu écriras encore moins que d’habitude (ce qui est déjà un rythme qu’on pourrait qualifier de soutenu, mais je sais à quel point il est dur de tenir un blog)… mais tant mieux si tu te mets enfin à t’envoler et qu’il n’y a rien à dire.
Mais tant que tu continues à écrire… garde tes archives & persévère, même dans un format de fiction.

Simon · 24 septembre 2010 à 22:58

Ça fait un petit moment déjà. Je pense que ton thème reviendra en place quand j’en aurait remanié certains aspects, je ne compte pas gâcher la magnificence de ton travail 😉 .

DeadPixel · 25 septembre 2010 à 16:01

Oh mais je m’en branle. Il est loin d’être magnifique mon thème.

kevin · 16 décembre 2010 à 11:09

Je tiens quand même à remarquer que le niveau de langue que tu emploie est haut tu te rapproche de l’idéal d’exprimer la totalité de tes pensées tes impressions très fidèlement par le language. J’admire quand même le concept du site et j’ai moi même eu une plusieurs fois une très grande envie d’écrire puis même si tu continue par la science fiction l’important c’est de s’exprimer.

Jordi (FaT4L1Ty) · 21 septembre 2010 à 23:34

Je n’ai quasiment; voir jamais; écrit de commentaire sur ton blog, et pourtant je le lis depuis quelques années déjà.
Tes postes m’ont toujours touché très fortement. Je ne saurais dire si c’est parce qu’ils sont merveilleusement bien écrits; et dieu sait qu’ils le sont; ou parce que nous sommes pareil dans le fond. Génération 90, tout ça, tout ça…
Toujours est-il que je suis heureux que le chemin de ton existence te mènes enfin vers le bonheur, tu le mérites vraiment.
En ce qui concerne l’épitaphe, je ne suis certainement pas un poète et ne proposerai donc rien mais selon moi, tu as ouvert cette antre; c’est donc à toi de condamner l’entrée en y laissant tout tes démons. Mais attention, j’attends tout de même quelque chose à la hauteur du reste !

Bon vent où qu’il te mène, mon ami.

DeadPixel · 24 septembre 2010 à 22:56

(Putain, t’as enlevé mon thème. Mon ego est froissé. JE SUIS TRISTESSE.)

Bref, dommage de voir que tu écriras encore moins que d’habitude (ce qui est déjà un rythme qu’on pourrait qualifier de soutenu, mais je sais à quel point il est dur de tenir un blog)… mais tant mieux si tu te mets enfin à t’envoler et qu’il n’y a rien à dire.
Mais tant que tu continues à écrire… garde tes archives & persévère, même dans un format de fiction.

Simon · 24 septembre 2010 à 22:58

Ça fait un petit moment déjà. Je pense que ton thème reviendra en place quand j’en aurait remanié certains aspects, je ne compte pas gâcher la magnificence de ton travail 😉 .

DeadPixel · 25 septembre 2010 à 16:01

Oh mais je m’en branle. Il est loin d’être magnifique mon thème.

kevin · 16 décembre 2010 à 11:09

Je tiens quand même à remarquer que le niveau de langue que tu emploie est haut tu te rapproche de l’idéal d’exprimer la totalité de tes pensées tes impressions très fidèlement par le language. J’admire quand même le concept du site et j’ai moi même eu une plusieurs fois une très grande envie d’écrire puis même si tu continue par la science fiction l’important c’est de s’exprimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *