I used to be my own protection… But not now.

Et qu’on cherche encore à me faire croire à un sens après ça. Qu’on me dise que ça vaut la peine de lutter. Bataille vaine dans mon esprit, de mots qui ne peuvent trouver leur chemin. Qu’on me parle encore de lendemains quand les réveils sont aussi rudes. Je pourrais écrire des pages et des pages, encrer ces souvenirs encore une fois. Refuser d’accepter, d’oublier, j’ai tout connu avec toi que j’aurais voulu immortelle. S’entêter à se vouloir exceptionnels pour te voir partir de la plus con des morts.

Et quand la vie est aussi fragile, que me reste-t-il si l’être même qui m’a fait homme n’est plus qu’un nom sur une plaque de marbre ? À se sauver la vie mutuellement, à avoir été ma raison de vivre, tant de moments qui paraissent encore plus loin à mesure que la vérité se dévoile, se réalise. Prendre conscience que c’est bel et bien terminé, que si j’ai cru un jour que tu aurais ma peau, c’est bien la route qui a eu la tienne.

Ces parties de toi qui demeurent en moi, souvenirs brûlants devenus douloureux, une partie de moi perdue à jamais et c’est à travers toi que je mets un pied dans la tombe. Les choses ne seront plus jamais les mêmes, tu fais chier, et c’est juste intolérable que la terre continue de tourner.

Juste, personne ne m’a apprit autant. Personne ne m’a jamais autant manqué. Un putain de gouffre Ju, c’est tout ce qui reste. Et si je te survivrais, jamais personne ne pourra te remplacer. Garde moi une place sur ton nuage, t’es en moi pour toujours, et me voilà encore une fois orphelin.

Justine
1991 – 2011


And the ground below grew colder as they put you down inside. But the heartless wind kept blowing, blowing…

14 pensées sur “I used to be my own protection… But not now.”

  1. Beau design site sympa mais grossis la police d’ecriture car a part en faisant ctrl+ c’est complique de lire ! A bon entendeur

  2. Ce serait mal placé de dire que c’est une excellente prose. Mais je ne peux passer sous silence que ces mots crus mais délicats me touchent. C’est la première fois que je viens ici, mais viens proche que je te serre dans mes bras.

  3. Désolé pour le retard de publication Mademoiselle A., je crois qu’Akismet ne t’apprécie pas. Merci d’être passé anyway.

    Reyemneirda, je pense rechanger de thème dans pas longtemps de toute façon.

  4. Je passe juste. Et j’aime beaucoup. C’est beau et épuré, ni lacunaire, ni plombant. C’est léger, ça tombe, doucement, virevoltant de ci de là. Puis ça finit par se poser à la surface de l’eau, sans créer un seul remous.

    Pourtant, ça hurle, ça crie, ça se déchire et ça griffe. C’est violent, ce sont des coups qui s’abattent sur un visage et le défigure. C’est un manque d’air, un peu comme des poumons qui s’emplissent d’eau. C’est vraiment beau.

    Enfin, je le ressens comme ça.

  5. Tu écris toujours aussi bien.
    Je l’avais déjà lu ce billet mais il ne m’avait pas fait le même effet.
    Intentionnellement ou pas, c’est plein de détresse. C’est beau certes, mais c’est plus triste qu’autre chose. On ne s’attarde pas sur la pureté des mots, on a juste envie de t’aider, de te dire que ça va aller.
    Mais ça n’ira plus jamais comme avant n’est-ce pas ? Perdre quelqu’un dont on est proche, c’est perdre une part de soi, de son innocence. Dire que ce n’est pas facile est un euphémisme, dire que c’est injuste encore plus. Alors que reste t-il à dire ? Je ne sais pas. Juste prends soin de toi et ne laisse pas les idées noires t’obscurcirent. Il a toujours un après et un mieux.

  6. Alors, j’ai le droit de revenir, encore et encore, m’abîmer dans tes mots ?

  7. @ Mes lents colis Bien résumé, merci d’être passé.

    @ Je ne veux pas Pas sûr que ça te fasse du bien, mais oui.

  8. J’ai une grande théorie : on écrit vraiment bien uniquement lorsque l’on souffre. Donc, plus on souffre, plus les mots sont incisifs et tranchants, plus ils ont d’effets et plus ils s’envolent, pour essayer d’approcher la perfection.
    Après, ce n’est qu’une hypothèse. Et puis, je ne cherche pas à aller bien. (Merci.)

  9. « J’ai constaté que la douleur était une bonne source d’inspiration
    Et que les zones d’ombre du passé montrent au stylo la direction
    La colère et la galère sont des sentiments productifs
    Qui donnent des thèmes puissants, quoi qu’un peu trop répétitifs
    A croire qu’il est plus facile de livrer nos peines et nos cris
    Et qu’en un battement de cils un texte triste est écrit
    On se laisse aller sur le papier et on emploie trop de métaphores
    Pourtant je t’ai déjà dit que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts »
    (Grand Corps Malade – Je dors sur mes deux oreilles)

    Tu écris également ?

  10. Parfois, cela dépend. Certaines fois, beaucoup, et d’autres vraiment peu. Mais je préfère plutôt jouer avec des personnages. Pour les faire souffrir tout mon soûl et les regarder gémir et tomber, les uns après les autres. Mais c’est encore maladroit, et pas vraiment digne d’être lu. Mon trait est maladroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *