La joie, la tristesse, les humeurs qui me traversent, rattrapé par de vieux démons qui n’attendent pas minuit pour se manifester. J’ai voulu tout contrôler, croire qu’une autre vie était possible, me voilà plus perdu que jamais. Et l’on se rappellera, au-delà des heurts et des lassitudes, la beauté éphémère des combats perdus d’avance. L’enfant en moi hurle et réveille l’artichaut qui me sert de cœur. Je veux des cris, des pleurs, des amours impossibles. Je veux laisser couler ces larmes qui me rongent, retrouver l’humain en moi, raviver la flamme de mes rêves d’autrefois. Rien n’avait d’importance, t’en souviens-tu ? On avait le droit de s’en foutre, mais j’aurais dû te dire que tu étais le monde.

Égaré entre les obligations qui me tiraillent, les espoirs que l’on mitraille, tout un monde à découvrir et trop peu de temps à y passer. Plus que la colère, c’est la peur des regrets qui m’anime encore. La flamme en moi brûle de nouveau à la recherche d’un oxygène toujours plus rare, d’une passion égarée, d’une autre âme en perdition avec laquelle mon existence partager.

Il y a, dehors, tant de combats à mener, tellement d’existences à regarder divaguer. Toutes ces choses qui ne cessent d’attirer mon regard songeur, et si tout n’est pas de nature à apaiser mes peurs il faudra continuer à faire bouger les choses. L’ère des luttes qu’on imagine terminée ne fait que commencer, les véritables combats sont encore à mener. Je veux retrouver mes principes et rester droit dans l’adversité. Je veux aimer même si je dois de nouveau me brûler. Je veux oublier mes chutes et apprendre à retomber. Quitter ce masque qui m’étouffe et qui finira par me rendre fou.

Dans le flot de nos vies, tout est si paisible, et si je pensais avoir trouvé la sérénité il semble que ça ne soit que la première étape vers la résignation, l’abandon, la mort de l’être et de ses aspirations. Je m’y refuse. Je me battrais jusqu’au bout pour ne pas y rester, j’irai au front de ma vie avec qui voudra bien m’accompagner.


I’m lost but I’m not stranded yet.

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Non classé

Je suis comme un chat sur Mars qui ne reviendra jamais sur Terre

J’ai dû penser au suicide pour la première fois il y a une dizaine d’années. À la suite d’une énième déception amoureuse ou autre drame adolescent. J’en multipliais les annonces à grand bruit, personne ne Lire la suite…

Non classé

New York, concrete jungle where dreams are made of

La fête se termine et je suis de nouveau seul avec moi-même, sillonnant au hasard les rues de ma ville comme pour jauger de la tristesse du monde, comme pour me rassurer. Je n’y trouve Lire la suite…

Non classé

I, I’m a new day rising, I’m a brand new sky to hang the stars upon tonight…

Parce que j’ai tellement voulu être quelqu’un par moi-même, oublier la dépendance dans laquelle je me suis trop souvent placé, juste exister et qui m’aime me suive. C’était sans compter sur ces émotions qui me Lire la suite…